Le compostage, c’est naturel !

Le compost est le résultat du recyclage de matières organiques. Le compostage transforme les résidus alimentaires, les feuilles et les résidus de jardinage, le papier, le bois, le fumier et les restes de récolte en compost.

Le compost est un excellent amendement du sol. Il possède une forte concentration en matières organiques et aide à rendre à la terre plusieurs de ses éléments qui se sont épuisées avec le temps et l’utilisation. Bien que le compost ne soit pas un engrais, il peut contenir des nutriments qui améliorent la croissance des végétaux. Mélangé à des engrais, le nouveau compost fournira aux plantes des nutriments pendant une période plus longue que si l’engrais avait été utilisé seul.

Quels sont ses bienfaits ?

Voici quelques-uns des avantages du compost :

La qualité du produit !

Le compost est utilisé de nombreuses façons à cause de ses multiples avantages, notamment dans le domaine agricole, pour le jardinage résidentiel et l’aménagement paysager, l’entretien des terrains (p. ex., terrains de jeux, terrains de golf), dans les pépinières et pour le reboisement, la remise en état des terrains comme la couverture des sites d’enfouissement.

Les fins auxquelles est destiné le compost varient selon la qualité du produit. Les matières premières triées et libres de toute matière non compostable peuvent produire un compost de meilleure qualité. Le tri est plus efficace lorsqu’il est fait à la source; on parle alors de tri à la source. Les normes du compost ont été conçues et déterminées en fonction de l’usage auquel le compost est destiné. Le compost de catégorie A ou AA peut être utilisé à toutes les fins, comme par exemple pour le jardinage, sur les terres agricoles, dans les activités horticoles et dans les pépinières. Le compost de catégorie inférieure (catégorie B) ne devrait être utilisé que dans des cas bien précis, comme la remise en état des anciens sites miniers où le sol est de moins bonne qualité.

Comment puis-je utiliser le compost ?

Le compost peut être utilisé autour de la maison, notamment dans les plates-bandes et dans les potagers, mélangé aux sols nouvellement ensemencés, comme paillis pour la plupart des végétaux et sur les pelouses existantes. Quel que soit l’usage auquel il est destiné, il est important de connaître la bonne quantité à utiliser.

Traitement en surface :

Aérez toute la région à traiter avec un aérateur commercial avant d’appliquer le traitement en surface pour obtenir le meilleur résultat possible. Pour traiter la surface, épandez à l'aude d'un râteau une couche uniforme de 1/3 à 1 _ cm de compost mature sur la région à traiter. Arrosez à fond. L’arrosage permet au compost de pénétrer le chaume jusqu’à la surface du sol et dans les trous d’aération où il peut retenir l’humidité essentielle.

Plates-bandes :

Ajoutez environ 2 1/2 cm de compost aux plates-bandes existantes et amalgamez-le à la terre à l’aide d’un râteau, d’une houe, d’une pelle ou d’un motoculteur. Arrosez pour saturer toute la zone radiculaire. Pour les nouvelles plates-bandes, ajoutez de 2 1/2 à 5 cm de compost et travaillez la surface au motoculteur jusqu’à une profondeur de 12 cm. Plantez et arrosez en conséquence. La plupart des annuelles et des vivaces poussent très bien dans des sols contenant du compost.

Plantation d’arbres :

Travaillez au motoculteur une surface d’environ 3 à 5 fois le diamètre de la motte de l’arbre à planter. Ajoutez environ 30 p. cent de compost par volume à la région travaillée et mélangez-le bien au sol indigène, à l’extérieur du trou. Mettez l’arbre dans le trou et remplissez avec la terre amendée du compost. Retirez l’excès de sol et arrosez à fond.

Potagers :

Appliquez environ 2 1/2 cm de compost et amalgamez-le au sol jusqu’à une profondeur de 12 cm, à la main ou avec un motoculteur. Si le sol est pauvre, il se peut que vous ayez à ajouter du compost chaque année, jusqu’à ce que le sol produise les résultats anticipés. N’appliquez pas trop de compost car l’excès d’azote peut réduire le rendement de certains végétaux. Le compost utilisé comme paillis peut être mélangé au sol avant la transplantation.

Paillis :

Appliquez une couche de 5 cm de compost comme paillis autour des annuelles, des vivaces et des autres végétaux de l’aménagement paysager pour obtenir les meilleurs résultats possibles. Étendez le compost avec un râteau pour obtenir une couche uniforme. Une application excessive ou insuffisante de paillis peut entraîner d’autres problèmes comme l’étouffement du système radiculaire. Placez le paillis de façon à ce que l’eau s’écoule du côté opposé au tronc, pour éviter que la couronne ne pourrisse. Les composts de texture fine éliminent moins efficacement les mauvaises herbes que les composts à texture grossière.

Préparation du terrain :

Appliquez environs 2 1/2 à 5 cm de compost sur les terrains à ensemencer ou à tourber et travaillez le sol jusqu’à une profondeur de 12 cm. Si vous ensemencez le terrain, appliquez une fine couche de compost sur le terrain après avoir ensemencé. Arrosez à fond que le terrain soit ensemencé ou tourbé. Le compost favorise la germination des graines en assurant un bon contact entre les graines et le sol et en fournissant de l’humidité et des nutriments équilibrés. Appliquez de l’engrais à intervalles réguliers lorsque le terrain aura environ huit semaines et qu’il ait été tondu deux fois.

Conseils pratiques !

  1. Mesurez
    Déterminez la surface totale de la région à traiter (en mètres ou verge cubes), en mesurant la longueur et la largeur de la région et en multipliant le résultat par la profondeur de compost nécessaire (longueur en pieds x largeur en peids x profondeur en pouces x 0,003 = le nombre de verge cubes de compost requis). Il est parfois difficile de déterminer la quantité de compost à utiliser. Il faut donc appliquer la quantité de compost recommandée sur la région précise à traiter et l’étendre uniformément avant de l’amalgamer au sol.
  2. Appliquez
    Déterminez si vous devez acheter du compost en vrac ou en sac. Si vous avez besoin de plus de 2 mètres (ou verges) cubes de compost, le compost en vrac se révélera moins dispendieux. Si vous achetez du compost en sac, l’étiquette vous indiquera le volume contenu dans le sac (un sac de 18 kilos est habituellement l’équivalent de 1/3 de mètre cube {1 pied cube}). Divisez le volume total de compost nécessaire par le volume indiqué sur le sac pour déterminer le nombre de sacs à acheter. Si vous traitez une petite région, transportez le compost avec une brouette et versez-le en tas placés à intervalles réguliers. Étendez les tas en forme d’étoile ou de façon à appliquer une couche uniforme de compost.
  3. Amalgamez
    Amalgamez le compost au sol le plus uniformément possible jusqu’à environ 12 cm de profondeur, à la main ou avec un motoculteur. Ceci vous obligera à travailler la région à plusieurs reprises pour que le mélange soit uniforme. Le sol doit être foncé et avoir une consistance uniforme. Plantez vos végétaux ou vos graines et arrosez à fond.

Plus d’information ?

Pour tout autres renseignements sur le compostage, communiquez avec :

Le Conseil canadien du compostage
16, rue Northumberland
Toronto (Ontario) M6H 1P7
Courriel : info@compost.org

 

Le Compostage L'Industrie du compostage au Canada Communication et éducation Nouvelles et archives Devenir membre Un rang pour ceux qui ont faim Pour les membres du conseil Conseil canadien du compostage Alliance de la qualite compost ccc@compost.org Contactez-nous www.compost.org