25 questions que vous vous êtes toujours posées sur le compostage

    GÉNÉRALITÉS :

  1. Qu'est-ce que le compostage ?
  2. Quelles sont les matières compostables ?
  3. Le compostage offre-t-il la solution à tous nos problèmes de gestion des résidus ?
  4. Le compostage est-il compatible avec les autres systèmes de gestion des résidus ?
  5. Quels sont les avantages d'un programme de compostage réussi ?
  6. Le compostage est-il une nouvelle activité ?

    LE PROCÉDÉ DE COMPOSTAGE :

  7. Quels sont les différents systèmes de compostage utilisés par les municipalités ?
  8. Quelle est la durée du procédé de compostage ?
  9. Quel est le meilleur emplacement pour un composteur résidentiel ?
  10. Peut-on composter en hiver ?
  11. Existe-t-il plusieurs usines de compostage centralisé au Canada ?
  12. Quels sont les différents procédés de compostage centralisé ?
  13. Est-il nécessaire d'utiliser des additifs ?
  14. Le compostage crée-t-il des odeurs et attire-t-il des rongeurs ?
  15. Le compostage pose-t-il un risque pour la santé des travailleurs ou des gens qui habitent à proximité des installations ?

    ÉCONOMIE ET CHOIX DU SITE :

  16. Quel est le coût des installations de compostage ? Comment se compare-t-il à celui des autres activités de gestion des résidus ?
  17. Combien d'espace est nécessaire au compostage ?
  18. Quelles sont les approbations nécessaires et quels sont les problèmes qui peuvent survenir lors de la planification d'installations de compostage centralisé ?
  19. Quelle est la meilleure méthode pour recueillir les résidus organiques ?

    QUALITÉ DU COMPOST :

  20. Quels sont les critères d'un compost de bonne qualité ?
  21. Existe-t-il des règlements ou des normes qui régissent la qualité du compost ?
  22. Que peut-on faire pour assurer que les installations produisent un compost de haute qualité ?

    UTILISATION DU PRODUIT FINI :

  23. Existe-t-il des marchés pour le compost ?
  24. Le compost est-il un engrais ?
  25. Où puis-je obtenir de plus amples renseignements sur le compostage ?

GÉNÉRALITÉS:

1. Qu'est-ce que le compostage ?

Le compostage est un procédé biologique naturel qui s'effectue dans des conditions contrôlées et qui transforme la matière organique en un produit stable ressemblant à de l'humus et appelé «compost». Au cours du compostage, plusieurs micro-organismes, dont des bactéries et des champignons, décomposent la matière organique en éléments plus simples. Le compostage est un procédé aérobie, ce qui signifie que les micro-organismes ont besoin d'oxygène pour faire leur travail.

2. Quelles sont les matières compostables ?

Le compostage est un procédé de transformation qui convient à tous les résidus qui ne peuvent pas être recyclés d'une autre façon, comme par exemple les résidus alimentaires, les feuilles mortes et les résidus de jardinage, les résidus agricoles, les produits de papier, les boues d'égout et le bois.

3. Le compostage offre-t-il la solution à tous nos problèmes de gestion des résidus ?

Comme les résidus que nous produisons contiennent environ 50 p. cent de matière organique, le compostage peut jouer un rôle important dans le cadre des plans de gestion des résidus de toutes les municipalités. Cependant, les autres résidus produits (comme le plastique, le verre, le métal, la céramique et le caoutchouc) ne peuvent pas être compostés.

4. Le compostage est-il compatible avec les autres systèmes de gestion des résidus ?

Oui. Le compostage doit faire partie intégrante de tout système de gestion des résidus qui favorise la réduction des sources, la réutilisation, le compostage, le recyclage et l'élimination appropriée des résidus.

Certaines matières, comme les produits du papier, peuvent être recyclées ou compostées. Bien que le papier puisse être composté, le papier propre a une plus grande valeur lorsqu'il est recyclé. Le papier souillé et les papiers qui ne peuvent pas être recyclés à prix raisonnable peuvent être compostés.


5. Quels sont les avantages d'un programme de compostage réussi ?

Outre le fait qu'il élimine une part importante des résidus destinés au site d'enfouissement, un programme de compostage réussi permet de fabriquer un amendement de sol de haute qualité pouvant être utilisé à diverses fins. L'élimination des résidus des décharges contribue à la conservation des espaces utilisés pour l'enfouissement et réduit la production de produits de lixiviation et de méthane (qui contribuent tous les deux à augmenter les coûts d'exploitation des sites d'enfouissement).

6. Le compostage est-il une nouvelle activité ?

Non. Le compostage des résidus agricoles a toujours existé. Certaines municipalités pratiquent le compostage à grande échelle d'autres résidus organiques, dont les boues d'égout, depuis les années 1950.

LE PROCÉDÉ DE COMPOSTAGE :

7. Quels sont les différents systèmes de compostage utilisés par les municipalités ?

Les programmes de compostage des municipalités peuvent comprendre une combinaison de plans de gestion des résidus produits, en tout ou en partie, par le truchement du compostage résidentiel, sur place ou centralisé. Les différences importantes entre ces trois approches sont expliquées ci-après :

8. Quelle est la durée du procédé de compostage ?

Le procédé de compostage et sa durée varient selon plusieurs facteurs comme la température, le taux d'humidité, le niveau d'oxygène, la taille des particules, le rapport carbone azote des résidus ainsi que le mélange et le retournement nécessaires. En général, plus ces facteurs font l'objet de contrôles rigoureux, plus le procédé est rapide.

La durée du procédé varie également selon le niveau de décomposition désiré pour le produit fini. En général, un produit immature n'exige qu'un mois de préparation tandis qu'un compost mature peut exiger de six mois à un an de séchage.


9. Quel est le meilleur emplacement pour un composteur résidentiel ?

Le composteur devrait être placé dans un endroit bien drainé, facile d'accès et où il profitera du plus grand ensoleillement possible, car la chaleur du soleil accélère l'activité microbiologique. Si le composteur est placé à l'ombre, l'activité microbiologique ralentira et le compostage exigera plus de temps.

10. Peut-on composter en hiver ?

Oui. Vous pouvez composter toute l'année. La chute des températures ralentit l'activité microbiologique mais celle-ci reprend de plus belle dès le retour du beau temps. Videz le compost fini à l'automne pour faire de la place pour les matières organiques que vous y verserez au cours de l'hiver. Déplacez votre composteur afin de le placer dans un endroit qui convient mieux aux conditions hivernales. Vous pouvez aussi mettre les matières organiques dans un contenant recouvert placé à l'extérieur, près de la porte, et vider ce contenant dans le composteur au printemps. Les résidus alimentaires contiennent de fortes concentrations d'azote. Ajoutez-y des feuilles mortes ou des matières riches en carbone, ce qui vous permettra d'obtenir le rapport azote carbone qui favorisera le travail efficace des micro-organismes.

11. Existe-t-il plusieurs usines de compostage centralisé au Canada ?

Il y a environ 162 usines de compostage centralisé en opération au Canada. Ces usines, qui comprennent des installations de propriété et d'exploitation publique et privée, ont traité près de 700 000 tonnes de résidus organiques en 1994, ce qui représente une augmentation de 154 p. cent par rapport à 1993.

12. Quels sont les différents procédés de compostage centralisé ?

Les procédés ou méthodes de compostage centralisé se regroupent principalement en trois catégories :

Le compostage en système clos consiste à verser la matière organique dans un contenant, un silo, une base agitée, un canal ouvert ou fermé, un contenant de traitement par lot ou toute autre structure pour fins de compostage. Le procédé est contrôlé de près et la matière est aérée et retournée ou agitée mécaniquement.

La méthode des tas statiques aérés consiste à former de gros tas de matières organiques compostables qui sont aérés en aspirant ou en forçant l'air dans le tas. Le tas n'est pas retourné.

La méthode des andains consiste à placer la matière organique en tas allongés portant le nom d'andains qui sont retournés mécaniquement, à intervalles réguliers.


13. Est-il nécessaire d'utiliser des additifs ?

Il arrive que la matière soit trop dense ou trop humide pour que l'air y circule bien (comme dans le cas de gazon coupé). Le meilleur moyen de régler ce problème est d'ajouter un floculant, comme par exemple des copeaux de bois, qui donne du volume à la matière et permet à l'air de bien circuler. La quantité de floculant à ajouter est déterminée par l'expérience. Certains fabricants de compost ajoutent des engrais commerciaux au procédé. L'utilisation de cet additif peut être éliminée en combinant les différents résidus selon une «recette» établie. Il n'est généralement pas nécessaire d'inoculer la matière de microbes, car la plupart des résidus contiennent les microbes nécessaires à un compostage efficace.

14. Le compostage crée-t-il des odeurs et attire-t-il des rongeurs ?

Toutes les installations de traitement des résidus, y compris les installations de compostage, peuvent produire des odeurs désagréables et attirer les animaux nuisibles. L'expérience vécue dans des centaines d'installations révèle qu'une bonne conception et des procédés d'exploitation efficaces contribuent à prévenir ou à contrôler ces situations. Un surplus d'odeurs ou des odeurs désagréables indiquent généralement que le compostage ne se déroule pas de façon adéquate à cause d'un problème de ventilation ou d'un excès d'humidité. Une surveillance accrue de ces facteurs aide à minimiser ces odeurs. Certaines installations utilisent de l'équipement spécial, comme par exemple un filtre biologique, pour éliminer les odeurs occasionnelles. La prévention des odeurs et un bon entretien des lieux contribueront à éloigner les rongeurs et autres animaux nuisibles.

15. Le compostage pose-t-il un risque pour la santé des travailleurs ou des gens qui habitent à proximité des installations ?

Certaines personnes craignent que les microbes des installations de compostage et les composés qu'ils produisent ne se retrouvent dans l'air et posent un risque pour la santé des travailleurs et des personnes qui habitent sous le vent des installations de compostage. Des études faites sur les concentrations des spores de champignons et autres matières volatiles dans les installations de compostage et les régions avoisinantes révèlent que ces concentrations sont supérieures lors de certaines étapes du procédé, comme le retournement et le tamisage, mais qu'elles reviennent à un niveau normal à très courte distance de ces opérations. Bien que les concentrations de spores de champignons et d'autres microbes volatils soient plus élevées que la norme dans les installations de compostage, des études menées auprès de travailleurs de longue date indiquent que ces microbes n'ont aucun effet néfaste sur la santé des travailleurs.

Les microbes qui contribuent au compostage se retrouvent dans tous les endroits où il y a de la décomposition de matières organiques. Les spores du champignon aspergillus fumigatus sont les spores qui semblent créer le plus d'inquiétude. L'aspergillus fumigatus est un des micro-organismes les plus courants sur la planète et il existe dans presque tous les environnements intérieurs et extérieurs. Les gens sont souvent exposés à de faibles concentrations (et parfois à de fortes concentrations) d'aspergillus fumigatus et n'en subissent aucune conséquence.

Les organismes américains et européens du domaine de la santé et de l'environnement ont conclu que les individus en bonne santé ne mettent pas leur santé en jeu en travaillant ou en habitant à proximité d'installations de compostage. Par contre, il est recommandé que les individus qui sont très sensibles aux microbes (à cause d'une moins grande résistance attribuable à certains médicaments ou à une maladie) ne travaillent pas dans des installations de compostage.


ÉCONOMIE ET CHOIX DU SITE :

16. Quel est le coût des installations de compostage ? Comment se compare-t-il à celui des autres activités de gestion des résidus ?

Malheureusement, il n'existe pas de réponse facile à cette question à cause des différents facteurs locaux qui affectent les coûts de la gestion des résidus. Une évaluation précise des coûts des installations de compostage exige des connaissances approfondies de certains critères précis comme l'emplacement, l'état du terrain, la composition des résidus, la taille des installations et le niveau de technologie. Le programme de gestion des résidus doit également tenir compte des coûts de la collecte et du compostage des matières organiques, car l'élimination des résidus par le compostage entraînera une diminution des coûts de collecte et d'élimination des résidus.

17. Combien d'espace est nécessaire au compostage ?

L'espace nécessaire dépend de plusieurs facteurs comme la quantité de résidus traitée, la composition des résidus, la conception et les conditions d'exploitation du système et le temps que la matière demeurera sur le site. Par exemple, le compostage sur place en système clos dans un environnement institutionnel n'exige qu'un minimum d'espace, surtout si le compost est entreposé ailleurs pour la période de séchage. Par contre, les installations nécessaires au compostage en andains peuvent exiger entre un acre et plus de 20 acres de terrain.

18. Quelles sont les approbations nécessaires et quels sont les problèmes qui peuvent survenir lors de la planification d'installations de compostage centralisé ?

La plupart des gouvernements provinciaux considèrent les installations de compostage comme des installations de gestion des résidus qui exigent des approbations ou des permis spéciaux. Certaines provinces n'obligent pas les propriétaires de certains types d'installations de compostage (tels que le compostage de feuilles mortes et de résidus) à obtenir toutes les approbations mais exigent néanmoins que les installations soient situées dans un lieu convenable et exploitées correctement. Consultez également les administrations municipales au sujet des règlements municipaux et autres exigences quant à l'emplacement. La plupart des administrations s'inquiètent de la proximité des voisins, des conditions de sol et de l'impact sur l'eau et la nappe phréatique. Les partisans du compostage recommandent de consulter les ministres provinciaux de l'environnement dès les premières étapes de la planification pour discuter de l'emplacement et des approbations nécessaires.

19.Quelle est la meilleure méthode pour recueillir les résidus organiques ?

Cette question fait encore l'objet de nombreux débats, malgré l'expérience grandissante dans ce domaine. Le choix de la «meilleure» méthode entraînera toujours des compromis entre les objectifs de faibles coûts de collecte et de faibles coûts de traitement. Par exemple, l'utilisation de sacs en plastique diminue les coûts de collecte mais augmente les coûts du traitement, car le plastique doit être enlevé avant le traitement. D'autre part, l'utilisation de contenants pour la collecte à domicile facilite le traitement mais exige des dépenses en capital pour l'obtention de l'équipement nécessaire à la collecte.

QUALITÉ DU COMPOST :

20. Quels sont les critères d'un compost de bonne qualité ?

Les critères d'un compost de bonne qualité sont déterminés en fonction de l'utilisation à laquelle le compost est destiné. Il existe toutefois certaines normes importantes à considérer pour établir la qualité du compost, notamment la maturité, la concentration en matières organiques, la présence de contaminants physiques (comme le verre, le métal ou le plastique), le pH, la taille des particules, la concentration en éléments nutritifs, le taux d'humidité et les concentrations de métaux lourds.

21. Existe-t-il des règlements ou des normes qui régissent la qualité du compost ?

Le compost fabriqué au Canada peut être assujetti à la réglementation des gouvernements fédéral et provinciaux. Plusieurs provinces possèdent des directives et des normes qui déterminent les restrictions relatives à l'utilisation du compost. Agriculture et Agro-alimentaire Canada réglemente le compost vendu au Canada par le biais de la Loi sur les engrais. Le Conseil canadien des ministres de l'environnement (CCME) prépare présentement des directives nationales sur la qualité du compost.

De plus, le Bureau de normalisation du Québec (BNQ), membre du Conseil canadien de normalisation, a entrepris l'élaboration de normes volontaires de l'industrie sur la qualité du compost. Les composts qui satisferont à ces normes porteront le sceau du BNQ comme gage de qualité.


22. Que peut-on faire pour assurer que les installations produisent un compost de haute qualité ?

L'étape la plus importante pour produire un compost de haute qualité est de contrôler la qualité de la matière première. Le tri à la source est un excellent moyen d'assurer ce contrôle. Les matières organiques triées à la source sont les matières organiques qui ont été séparées des contaminants possibles avant la collecte. Les autres contaminants peuvent être retirés lors du traitement préliminaire ou du tamisage du produit fini. Enfin, le procédé lui-même détermine certaines caractéristiques du produit fini telles que la maturité et la taille des particules.

UTILISATION DU PRODUIT FINI :

23. Existe-t-il des marchés pour le compost ?

Le compost peut être utilisé à de nombreuses fins, selon la quantité produite et la qualité du produit fini. Le compost de haute qualité est utilisé en agriculture, en horticulture, en aménagement paysager et pour le jardinage. Le compost de qualité moyenne est utilisé pour contrôler l'érosion et aménager les abords des routes. Le compost de faible qualité peut être utilisé pour couvrir les sites d'enfouissement ou dans le cadre de projets de valorisation des terres.

24. Le compost est-il un engrais ?

Le compost peut contenir différentes quantités d'éléments nutritifs comme l'azote, le phosphore et le potassium, mais les concentrations de ces éléments ne sont pas aussi élevées dans le compost que dans les engrais. Le compost est en réalité un amendement du sol ou un traitement pour le sol visant à lui rendre sa matière organique. De plus, le compost est bénéfique pour le sol car il améliore sa structure, l'aération et ses capacités de rétention d'eau.

25.Où puis-je obtenir de plus amples renseignements sur le compostage ?

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le compostage, veuillez communiquer avec :

Le Conseil canadien du compostage
16, rue Northumberland
Toronto (Ontario) M6H 1P7.
(416) 535-0240
info@compost.org

Vous pouvez également obtenir des renseignements concernant les projets de compostage dans votre collectivité en communiquant avec votre service de compostage et de recyclage municipal.
Le Compostage L'Industrie du compostage au Canada Communication et éducation Nouvelles et archives Devenir membre Un rang pour ceux qui ont faim Pour les membres du conseil Conseil canadien du compostage Alliance de la qualite compost ccc@compost.org Contactez-nous www.compost.org